Album: ALT
Author: Maxence,
Publication: musicareaction
Date: 4/4/2010

Symphonies for minimum vibration and analog computers, the music of Franck Rothkamm does not leave indifferent. In this case, ALT, the new album from German-American composer (also a conceptual artist and philosopher) is a marvel. A refined and melody of (false) simplicity, it is a constant reinvention.

Built on algorithms as elegant and complex, ALT, paradoxically, in part a voluntary process accessible, evoking the atmosphere of the pioneers of electronic clear that called the current electronica, like Biosphere or scanner, when it 's is no further, experiments play Germans Cluster (Moebius and Rodelius). Upon listening, you actually believe Zuckerzeit particular, a disc consisting of two mini-albums from the duo in 1974. Because it is mainly in the approach of the physical process of creating electronic sounds (pushed, pressure, vertical, horizontal) - Rothkam sharing feature to be here with her elder Germanic - so moving that ALT, published in French Baskaru, research approaches of these two great elders.

Like the purely physical phenomena such as electricity, mechanics and hydraulics implemented by the computers to model a problem to solve, Franck Rothkamm based on physical characteristics of sound to compose his lap ten pieces alternately melodic and fractured. Result? A timeless album, which certainly will cross the ages, to enroll in the electronic landscape classic (those that study in conservatories), while remaining unique and innovative.

See a demonstration of Franck Rothkam on Youtube:

-- original French --

Symphonies minimales et vibratoires pour calculateurs analogiques, la musique de Franck Rothkamm ne laisse pas indifférente. En l’occurrence, ALT, le nouvel album du compositeur américano-allemand (également philosophe et artiste conceptuel) est une vraie merveille. A la fois raffinée et confondante de (fausse) simplicité, elle est une constante réinvention.

Bâtie sur des algorithmes aussi élégants que complexes, ALT, s’inscrit paradoxalement dans une démarche volontairement accessible, évoquant l’ambient électronique limpide des pionniers de ce que l’on nomme le courant electronica, tels que Biosphere ou Scanner, quand ce n’est pas plus avant, les expérimentations ludiques des Allemands de Cluster (Moebius et Rodelius). A son écoute, on pense en effet particulièrement à Zuckerzeit, un disque composé de deux mini-albums du duo en 1974. Car c’est surtout dans l’approche du processus physique de la création de sons électroniques (poussés, pressions, verticalité, horizontalité) - particularité que Rothkam partage ici avec ses ainés germaniques - que cet ALT si émouvant, paru chez les français Baskaru, se rapproche des recherches de ces deux grands anciens.

A l’image des phénomènes purement physiques que sont l’électricité, la mécanique et l’hydraulique mis en oeuvre par ces calculateurs pour modéliser un problème à résoudre, Franck Rothkamm s’appuie sur les caractéristiques physiques du son pour composer ses dix pièces tour à tour mélodiques et fracturées. Résultat ? Un album hors du temps, qui traversera certainement les âges, pour s’inscrire dans le paysage électronique classique (de ceux qu’on étudiera dans les conservatoires), tout en restant exceptionnel et innovant.

Voir une démonstration de Franck Rothkam sur Youtube :

[ Permalink: http://rothkamm.com?review.cfm?ID=181 ]